Attention : comme tous les ans, si vous voulez vos tableaux avant Noël, commandez avant le 15 Novembre svp. Merci.

Nouvelle version de Judith et Holopherne du Caravage

09 July, 2019
Le "Judith et Holopherne" attribué au Caravage trouvé dans un grenier de Toulouse en 2014 fait l’objet de toutes les spéculations.

Il arrive tous les jours des choses extraordinaires, comme cette nouvelle version de Judith décapitant Holopherne découverte en 2014 dans un grenier Toulousain, recouverte de poussière. Le tableau daterait de 400 ans et a été retrouvé dans le grenier d'une maison datant de la même époque.

 

L’huile sur toile datée de 1607, Judith et Holopherne, suscite un immense intérêt dans le monde de l’art et sur le marché. Attribuée par nombre d’experts à Michelangelo Merisi, dit le Caravage (1571-1610), sa valeur a été estimée à 120 millions d’euros minimum. 

 

La scène biblique en clair-obscur dans laquelle Judith incarne la résistance du peuple hébreu est une explosion de violence, bien dans le style du Caravage. Le général assyrien lève les yeux vers la jeune femme juive en train de lui trancher le cou, en présence d'une servante ridée et affectée d'un goitre.

La découverte avait été qualifiée de "très importante" par le ministère français de la Culture. L'existence d'une telle toile est par ailleurs parfaitement documentée dans une série d'échanges épistolaires impliquant des princes et collectionneurs d'art il y a quatre siècles. Mais la toile ne rejoindra pas les collections françaises. Après l'avoir classée trésor national, empêchant sa vente à l'étranger jusqu'en novembre 2018, l'Etat français a laissé s'écouler le délai au cours duquel il pouvait l'acquérir.

 

Une campagne de photographies infrarouges, diligentée par Éric Turquin, a produit de bons résultats. «Elle met en évidence des variantes: la technique d'élaboration est violente, le coup de pinceau brutal, et ensuite, lors du peaufinage, les parties saillantes ne sont pas corrigées. Ainsi les reflets sur les ongles ou dans les yeux. Ou encore le trait vermillon au milieu de la soie noire. Fidèle à la lettre de l'Ancien Testament, ce dernier suggère les vêtements que la Judith séductrice arborait avant qu'elle ne revienne à ceux adaptés à sa condition de jeune veuve. Ceci est caractéristique de la manière du maître», explique-t-il. On ne note toutefois pas de marques préparatoires sur la toile pratiquées avec le manche du pinceau pour esquisser les contours. Il est vrai que ces incisions n'existent que dans certains tableaux de Michelangelo Merisi (1571-1610), un virtuose réputé pour exécuter ses huiles sans dessin préalable. 

 

Des arguments font planer le doute

Judith et Holopherne, 144 x 173, 5 cm, présente également des repentirs, ce qui est une sérieuse indication d'un original par rapport à une copie. Soit un doigt en filigrane entre le deuxième et le troisième de la main droite du général assyrien et une autre correction au-dessus de la main gauche de la belle juive.

 

Autre indice probant: la servante. On la remarque avec son goitre spectaculaire et ses rides dans un autre Caravage, La Crucifixion de saint André du musée de Cleveland. Enfin la lourde toile rouge de la tente de commandement installée pour le siège de la cité de Béthulie, aux portes de Judée, est suspendue à un moignon d'arbre qu'on devine à droite dans la pénombre. Ce tronc ressemble à celui présent dans L'Arrestation du Christde la National Gallery de Dublin. À l'inverse, on ne trouve aucune manière d'autoportrait dans la tête d'Holopherne, alors que, dans ses travaux, Caravage aime à apparaître sous les traits d'une victime expiatoire. Et l'on ne repère pas non plus l'épée tolédane avec laquelle Judith tue le chef ennemi dans d'autres tableaux du peintre.

 

Tels sont les arguments qui font douter la grande spécialiste Mina Gregori. Elle a cependant estimé se trouver en présence du «plus magnifique tableau italien redécouvert depuis trente ans». Tels sont les arguments qui, en revanche, font pencher pour une œuvre 100 % autographe une dizaine d'historiens, selon Éric Turquin qui a recueilli leur avis.

À leur tête, l'ancien patron du musée Capodimonte de Naples Nicola Spinosa. Il apprécie la «qualité supérieure, tant au niveau de la touche que de la traduction des sentiments et des émotions des trois personnages bibliques immortalisés dans un moment de tension physique et psychique maximale». Cela «malgré les faiblesses d'exécution du visage de la servante, ses rides étant anormalement régulières et parallèles». Par rapport à quelles œuvres se détermine-t-il?

 

Oublié dans un grenier 

Le Caravage a peint une première version de Judith et Holopherne à Rome. On la connaît bien. Elle est toujours visible, palais Barberini. Ayant fui à Naples à la suite d'un meurtre, le maître a exécuté une seconde composition sur le même thème vers 1604 - 1605; version perdue - et donc aujourd'hui peut-être retrouvée. Elle est mentionnée en 1607 dans une lettre de Frans Pourbus le Jeune. Ce peintre flamand se trouvait à Naples missionné pour authentifier les tableaux du prince Conca. Le Judith et Holopherne numéro 2 appartient alors probablement à deux de ses confrères nordiques Abraham Vinck et Louis Finson. De nouveau, la toile est décrite dans le testament de ce Finson, en 1617. Avant de mourir, il en a exécuté une copie aussi fidèle que sa technique lui permettait. Ce travail est exposé en permanence, toujours à Naples, au palais Zevallos, au sein des collections du groupe bancaire européen Intesa Sanpaolo.

 

Finson appréciait tant le génie novateur du Caravage qu'il a aussi reproduit au moins deux fois sa Madeleine pénitente (le Musée des Beaux-Arts de Marseille en conserve une copie), au moins une fois la Crucifixion de saint André (MBA de Dijon) et au moins une fois la Résurrection du Christ, la copie conservée dans l'église Saint-Jean-de-Malte à Aix-en-Provence (original perdue) .

 

Le Judith et Holopherne, présenté chez Éric Turquin est un inédit. Il a rejoint une collection privée toulousaine au milieu du XIXe siècle. «Les propriétaires sont descendants d'un officier de l'armée napoléonienne. Peut-être est-ce par celui-ci que le tableau a rejoint les biens familiaux. En avril 2014, ces personnes remarquent une fuite d'eau dans leur maison. Ils montent en chercher l'origine dans les combles. Ils forcent la porte d'un recoin et découvrent ce tableau. Il avait été entreposé là il y a des années et on l'avait oublié», confie l'expert. Sans doute l'avait-on jugé trop cruel pour figurer aux cimaises.

 

Pour Nicola Spinosa, «il faut reconnaître un véritable original du maître». Pour Éric Turquin: «Son importance est immense. En 1604 - 1605, c'est peut-être le premier Caravage d'une pareille violence, avec ce que l'on peut appeler même de la noirceur. Son influence sur la peinture à Naples (Caracciolo), mais aussi sur de nombreux suiveurs du grand maître (Valentin, Paolini) a été considérable.» 

 

Tag(s) :  Caravage , Tableau

© Copyright 1996-2019 Paul Oeuvre Art inc. Galerie Cau Tai
Bureaux: 117 rue Cong Quynh, Quartier 1, Ho Chi Minh ville, Vietnam
Votes : 4.8 / 5 basé sur 12766 revues | Heures d'ouverture: 9h à 17h du Lundi au Vendredi
Tel: +84-903-852-956 | EMAIL: paul@pauloeuvreart.com