Versión en español de nuestro sitio web de reproducciones de pinturas English version of our painting reproductions website
Nouveau : Tous nos tableaux sont disponibles en peinture sur plaques d'acier, du plus bel effet !

Deux tableaux de Dali se retrouvent aux enchères après 80 ans

Deux tableaux de Dali se retrouvent aux enchères après 80 ans

En regardant ces deux tableaux de Dali remis sur le marché de l’art après 80 ans, on se dit que si votre Saint Valentin était un peu terne, ces illusions d’amour Freudienne devraient vous remonter le moral.

Au début des années 20 et 30, la comtesse Argentine (tenez vous bien) Maria de las Mercedes Adela Atucha y Llavallol, Comtesse de Cuevas de Vera, passait pas mal de son temps en France, et se retrouvait fréquemment entourée des plus grands artistes de l’époque. Au travers d’un ami de la famille, Eugnenia Errázuriz, sponsor bien-aimée du Modernisme, la comtesse fût présentée à des artistes comme Pablo Picasso, Jean Cocteau, Alberto Giacometti, Max Ernst, Le Corbusier, Man Ray, Luis Bunuel et Salvador Dali. Elle achètera à ce dernier deux petits tableaux et une étude au crayon, qui vont quitter la collection familiale quand ils seront mis en vente aux enchères le 28 Février 2018 au Sotheby’s de Londres pour le Surrealist Art Evening Sale.
 

Deux tableaux particuliers de Dali aux enchères

Les toiles sont très particulières en ce sens qu’elles ont été crées juste après que Salvador Dali rencontre Paul Éluard et sa femme, Gala – qui quittera son mari pour rejoindre l’Espagnol moustachu peu de temps après et deviendra sa muse.

 

Gradiva (1931)

dépeint le personnage principal d’une nouvelle de Wilhelm Jensen datant de 1903, l’histoire d’un archéologue qui tombe amoureux d’une femme qui est en fait un bas-relief Romain. Sigmund Freux analysera les tourments intérieurs de l’histoire dans un essai de 1907 « Illusions et rêves dans le Gradiva de jensen ». Mais pour Dali, Gradiva représentait une vraie femme : Gala (il lui donnera même parfois le surnom de Gradiva).

Tableau de Dali - Gradiva

 

Maison pour érotomane (1932)

montre un paysage Catalan, avec des rochers en formes de cheval, de violoncelle et de voiture (voir image au début de l'article) – l’érotomanie est une maladie mentale qui fait qu’une personne croit qu’une autre est éperdument amoureuse d’elle, alors qu’en fait rien n’est plus éloigné de la réalité. Les objets métamorphosés sont une allusion direct au couple dans « L’angélus » de Millet (1857-59), un tableau dont Dali fait souvent usage dans ses créations. En transformant les rochers Catalan en des images anthropomorphiques sexuellement explicites, l’artiste érotise le paysage qui fut le témoin de sa première rencontre avec Gala.

 

Le troisième travail appartenant à la collection de la Comtesse qui sera vendu au enchères est une étude au crayon et à l’encre pour le tableau « Gradiva ».

Les deux tableaux sont estimés entre 1,7 et 2,5 millions de Dollars US chacun, et l’étude entre 80 t 110.000 Dollars.

Vente aux enchères, Deux tableaux de Dali, Gradiva et Maison pour érotomane, le 28 Février au Sotheby’s de Londres pour le Surrealist Art Evening Sale.

 

Achetez une reproduction de ces deux oeuvres qui sont dans le domaine public ici:

Gradiva

Maison pour érotomane
 

Précédent // Suivant

Partagez votre amour de l'art

Paolo Euvrard
Écrit par:

Nos articles sont tous originaux et publiés sur notre page Google.

Certains articles sont tirés de publications en Anglais et traduits par mes soins.


Cet article "Deux tableaux de Dali se retrouvent aux enchères après 80 ans" est apparu pour la première fois sur le blog de tableau sur toile le 16 février, 2018. Copiez et recopiez, mais s'il vous plait faites un lien vers cette page.

 

Connection SSL

Paiement sécurisé

Envoi Express Fiable

Témoignage d'un client au hasard

Bonjour, Avons reçu le tableau. Toujours aussi satisfait du résultat. Ttes nos félicitations à votre équipe. Bonne journée.
(Francis Boudry, France - 28 Novembre 2017)